Retour aux articles

Financement des start’up et les levées de fonds

Si vous en êtes à ce stade-ci, c’est que vous vous êtes déjà renseignés sur le « pourquoi lever » ?
Votre modèle révèle un besoin et pour y répondre, vous avez besoin de fonds supplémentaires à investir.


Auprès de qui ?

Il y a plusieurs types de financeurs : Love Money, Crowdfunding, Business Angels et les Fonds spécialisés.
Chacun ont leurs avantages et leurs inconvénients, ils dépendent de votre modèle et de vos besoins.


Cinq types de financeurs :

> Love Money ou Investissement personnel : Ce sont les fonds reçus de votre premier cercle (Vous, famille et amis). En règle générale, c’est ce qui peut vous servir de levier pour la levée de fond actuelle ou la prochaine à venir. Elle vous sert pour lancer votre activité et avoir un retour sur le besoin que vous avez identifié.
Ce sont des investisseurs plus faciles à convaincre et qui pourront vous aider pour la suite de votre aventure sans attendre une rentabilité certaine (c’est une forme de dons)
Par contre, si vous n’aimez pas les réunions de famille ou si vos amis vous ennuient, maintenant ils sont vos associés !

Plus sérieusement, les montants levés sont souvent faibles ; principalement parce qu’ils n’ont pas une connaissance précise de votre marché et ne voient que le risque : ce ne sont pas des investisseurs professionnels.


> Le crowdfunding : C’est un financement participatif auprès d’une multitude d’investisseurs (particuliers en règle générale) représentés par un acteur unique, la plateforme de crowdfunding qui prend une commission sur l’investissement.
Il peut être de trois sortes

. Crowdfunding sous forme de dons : investissements qui ne rentrent pas au capital (vous conservez vos parts sans dilution) mais c’est en échange de produits ou services que votre entreprise produit ou produira.
. Crowdfunding sous forme de prêt (Crowlending) : même système que le prêt bancaire
. Crowdfunding sous forme d’investissement dans le capital : Les investisseurs ont tous des parts dans votre société et sont représentés par la plateforme.

Par le biais du Crowdfunding, vous testez l’intérêt des utilisateurs de la plateforme pour votre produit, ce qui peut être une merveilleuse communication pour votre entreprise en amont.

Selon votre modèle, les utilisateurs de ces plateformes ne seront, cependant, pas forcément les cibles adéquates et n’investiront pas forcément, alors que votre solution répond à une vraie demande.


> Les business Angels : Ce sont historiquement des particuliers motivés par la déduction fiscale de leurs investissements. Ils sont fédérés autour de réseaux de Business Angels dont vous en trouverez un certain nombre auprès de France Angels : Réseau national des business Angels.
Ce sont des investisseurs expérimentés qui sauront déceler les points forts ou les failles de votre modèle.
Ils pourront, selon le réseau de BA ou selon les investisseurs, vous apporter en plus de leurs fonds, du réseau et de l’aide.


> Les Fonds spécialisés : ce sont des fonds d’investissements qui ont organisé en amont des collectes de fonds afin de les réinvestir par la suite. Parmi eux :

. Les fonds institutionnels : Régionaux ou nationaux, ils sont regroupés au sein de France Invest. Leurs objectifs sont de prendre des participations minoritaires via des co-investissements pour minimiser les risques pris.
On parle souvent de FCPI (Fonds Communs de placement dans l’Innovation) et de FCPR (Fonds Communs de Placements à Risque)

. Les corporate Venture : des grands groupes industriels qui cherchent à investir dans des start-ups. Un investissement qui peut être intéressant pour les deux parties.
Pour la start up, qui peut profiter de la caution et de l’expertise d’un grand groupe déjà installé ; pour le CV qui pourra profiter de l’agilité d’une petite structure pour aborder la maturité d’un marché, ou de l’intérêt d’un produit auprès de consommateurs.


> Les fonds Venture Capital ou les fameux VC : ce sont des fonds d’investissements privés qui sont spécialisés dans des investissements à « risques ». Ils ont pour objectifs de placer de l’argent, selon leurs spécialités (d’où les différentes familles de VC), sur une gamme de start up pour avoir à la fin de l’année une plus-value générale.

Selon les tendances du marché, ils auront la main plus ou moins « chaude » pour investir sur un type de secteur et un type de modèle de Start-up en particulier.


_______________


Comment fonctionne une levée ?


Deux types de levée de fonds :

> Levée de fonds par augmentation de capital (la classique)
Ce type de financement s’effectue via la création d’actions supplémentaires qui seront vendues à l’investisseur en échange de fonds.
On l’appelle dilutif car, en créant des actions supplémentaires, les actionnaires initiaux diluent leur pourcentage de capital sans pour autant diminuer le nombre d’actions qu’ils possèdent.
Le mieux encore pour comprendre est de prendre un exemple concret.
Prenons le cas d’une entreprise qui a émis une quantité d’actions, prenons 10 000 actions pour une valeur de 1€, partagées entre les associés principaux.
Chacun possède une quantité d’actions.

Nombre d’actions Pré Money Capital Social = 10 000€
10 000 100%
4500 45%
4000 40%
500 5%
500 5%
500 5%

La valeur pré-money (avant la levée de fond) de l’entreprise est de 10 000€.
Si 700 K€ représente 20% de l’entreprise en valeur post-money (après la levée de fond), alors la valeur post-money de l’entreprise sera de 3,5 M€ (700 000 x 100/20)
Désormais le but est de savoir combien d’actions sont à créer pour que, le total d’actions représente 100 % :

Puisque l’on augmente le capital de 20 %, les actions actuelles représentent 80 %
>> 10 000 actions x 20%/80% = 2 500 actions sont à créer

Nombre d’actions Pré Money Capital Social = 10 000€ Post Money Capital social = 3,5M€ Valeur post-money
10 000 100% 12500 = 100% 3,5M€
4500 45% 36% 1,26 M€
4000 40% 32% 1,12 M€
500 5% 4% 140 K€
500 5% 4% 140 K€
500 5% 4% 140 K€
2500
20% 700 K€

En pré-money, chacune des actions valaient 1€ (10 000€/10 000 actions)
Désormais, elles valent 280€

Auparavant, c’était l’unique moyen de faire du financement dilutif mais désormais, il existe aussi un système très pratique pour toutes les entreprises en recherche de financement en amorçage :


> Levée de fonds par note convertible ou BSA AIR
C’est un système de bons aux porteurs que l’on attribue très simplement à l’investisseur en échange de ses fonds.
Ces bons attribuent le droit de pouvoir valoriser son investissement lors du prochain événement qui marquera le start’up (bien souvent une levée de fonds par augmentation de capital).

Pourquoi l’investisseur n’attendrait il pas cette date alors ?
En faisant cette souscription en avance, l’investisseur pourra profiter d’une forme de valorisation (appelée taux de décote) de son investissement par rapport aux autres investisseurs. Ainsi pour le même investissement, il pourra posséder plus de pourcentage dans l’entreprise .

Pour une explication plus précise, vous trouverez tout le détail des calculs dans le lien qui suit :
https://eldorado.co/blog/2019/09/03/bsa-air-template-à-télécharger

SYNDICS, dé-confinement, et maintenant ?
BAILLEURS SOCIAUX, dé-confinement, et après ?
PROMOTEURS, dé-confinement, et après ?
fringilla Phasellus eleifend libero sem, mattis